Politics

réponse au musée du quai branly concernant le livret pédagogique de l’exposition ‘the color line’

October 6, 2016

A l’attention de la direction de la communication du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac.

Nous avons bien reçu vos explications.

Nous nous réjouissons que la rapidité de notre réaction et la célérité avec laquelle vous avez retiré ce livret de la circulation aient permis d’éviter que des milliers d’enfants et de jeunes soient exposés à des informations fausses sur l’esclavage qui constitue, rappelons-le, un crime contre l’Humanité, ainsi que sur ses conséquences aux Etats-Unis.

Quelles qu’aient été les conditions d’élaboration du livret, celui-ci a été publié sous la responsabilité du Musée du Quai Branly et approuvé par le commissaire d’exposition de l’exposition ‘The Color Line’, Monsieur Daniel Soutif. Il vous appartenait d’en vérifier la teneur. Cela était d’autant plus important que ce livret s’adresse à un jeune public auprès de qui il est supposé avoir des vertus pédagogiques.

On ne peut pas d’un côté présenter une exposition qui met en avant l’extraordinaire résilience des Africains-Américains face à la ségrégation raciale, leur engagement politique, leur créativité artistique, et d’autre part tenter d’euphémiser la réalité de l’esclavage, faire peser la responsabilité du commerce triangulaire sur les Africains qui en ont été les premières victime, parler de « militantisme violent », ou omettre de préciser qu’en dépit du Civil Rights Act de 1964 les discriminations raciales continuent d’être une triste réalité aux Etats-Unis.

De par son importance, l’exposition ‘The Color Line’ ne méritait pas ce genre de fausses notes. Nous notons à ce propos que les Editions Fleurus auraient très certainement pu trouver un rédacteur qui connaisse bien le sujet. Ils ne manquent pas en France. Cela aurait évité que nous nous substituions à leurs services et aux vôtres pour un travail de relecture pour lequel nous n’étions pas mandatés.

En vous souhaitant que l’exposition soit un succès, recevez nos salutations cordiales.

Isabelle Boni-Claverie, réalisatrice et scénariste
Rokhaya Diallo, journaliste, militante, réalisatrice et écrivain
Lou Constant-Desportes, rédacteur en chef d’AFROPUNK

Pour un rappel de la situation et de la réponse du Musée du Quai Branly, cliquez ici

La réponse à laquelle nous faisons référence est ci-dessous.
La directrice de communication du Musée du Quai Branly nous avait adressé cette réponse:
“Le livret, à destination des jeunes visiteurs, de l’exposition « The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation » a été réalisé gracieusement, sur leur proposition, par les éditions Fleurus, éditeur spécialiste du secteur jeunesse et pédagogie.
Compte tenu des délais très serrés d’impression, tout aussi bien du côté de l’éditeur que du musée et du commissariat scientifique de l’exposition, la relecture des textes n’a visiblement pas donné lieu, en plein mois d’août, à suffisamment de vigilance. De fait, des phrases maladroites et non complètes, et pouvant prêter à malentendu ou interprétation malheureuse, sont restées en l’état, sans les corrections nécessaires avant l’impression, et font hélas partie de la version 1 du livret. Ce livret n’a été diffusé malencontreusement qu’à quelques dizaines d’exemplaires lors du vernissage.
Je souhaite porter à votre connaissance le fait que l’exposition ayant ouvert ce matin, aucun livret n’a été distribué au grand public. L’ensemble des livrets sont en cours de destruction. Une nouvelle version corrigée du livret jeunesse fait l’objet actuellement d’une réimpression.”

Related